Projet Photovoix

Qu’est-ce que le projet Photovoix?

Photovoix est une méthode de recherche-action participative qui utilise la photographie et le dialogue de groupe pour permettre aux personnes marginalisées d’approfondir leur compréhension d’un problème ou d’une préoccupation communautaire. Les images visuelles et les histoires qui les accompagnent sont les outils utilisés pour atteindre les responsables de l’élaboration des politiques et les décideurs. L’objectif de cette méthode est d’améliorer les conditions en apportant des changements au niveau communautaire. (Guide pratique de Photovoix)

« Les images contribuent à notre perception de nous-mêmes, à notre définition du monde et à la façon dont nous y sommes liés, et à ce que nous percevons comme étant significatif ou différent. La leçon qu’une image enseigne ne réside pas dans sa structure physique, mais plutôt dans la manière dont les personnes interprètent l’image en question. » Carolyn C. Wang, Créatrice/Chercheuse de Photovoix  

Les participants du projet Photovoix sont équipés d’appareils photo afin de pouvoir créer des preuves photographiques et des représentations symboliques pour partager leurs perceptions, enseigner leurs expériences et permettre aux autres de voir le monde à travers leurs yeux.

Question fondamentale

Que doivent savoir les éducateurs sur la signification de la santé et du bienêtre pour les élèves autochtones?

Pourquoi Photovoix?

Les élèves utiliseront Photovoix pour déterminer ce qu’ils aimeraient partager avec les éducateurs au sujet de la santé et du bienêtre. Les images et les idées sont celles des jeunes participants et illustrent les aspects importants, préoccupants et intéressants à leurs yeux. Les visuels créés capturent leurs perspectives individuelles et représentent leurs voix. Ce projet permet aux élèves de raconter leur histoire et de faire entendre leur voix. Les participants du projet Photovoix sont équipés d’appareils photo afin de pouvoir créer des preuves photographiques et des représentations symboliques pour partager leurs perceptions, enseigner leurs expériences et permettre aux autres de voir le monde à travers leurs yeux.

Le rapport Photovoix Kainai

Cette ressource est un rapport sur un projet de recherche mené au printemps 2011, lorsque des représentants d’Ever Active Schools et du Manitoba Institute of Child Health ont évalué la voix des élèves dans une communauté autochtone (Kainai). Les chercheurs ont utilisé trois méthodes qualitatives distinctes (photovoix, discussions de groupe, entretiens individuels) pour évaluer les facteurs qui facilitent ou entravent la création d’un environnement scolaire sain dans leur communauté. Le rapport présente les résultats, les principales conclusions et les recommandations.

Réflexions d’un élève sur le projet Photovoix

Je m’appelle Thomas Baril. Je suis un Métis de l’Alberta et élève de 11e année à la Victoria School of the Arts.

Quand j’avais cinq ans, mon oncle Alex a partagé sa passion pour la photographie avec moi. À partir de ce moment-là, je suis devenu accro. L’une des photos de mon oncle a été exposée au Royal Alberta Museum. C’est rapidement devenu l’un de mes objectifs, surtout après le suicide de mon oncle un an plus tard.  

La photographie m’offre un moyen sûr d’exprimer mes sentiments et mes émotions que je n’arrive pas à partager ouvertement avec des mots. Je ne quitte jamais la maison sans mon appareil photo. Je suis sûr que beaucoup d’entre vous m’ont déjà croisé à bicyclette sur le chemin de l’école avec mon appareil photo autour du cou et mon trépied attaché à l’arrière de mon vélo.  

À l’automne, mon agent de liaison autochtone à la Victoria School of the Arts, Harley Morris, m’a abordé au sujet du projet Photovoix auquel il collaborait avec l’Unité d’éducation des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Au début, j’étais plutôt réticent car ma photographie est très personnelle et je n’étais pas sûr d’être prêt à partager mes photos avec d’autres personnes. Ensuite, j’ai eu l’occasion de voir une série de livres du projet Photovoix créés par des élèves de la Première Nation du Montana.  

J’étais stupéfait et incapable de parler quand j’ai découvert que les sentiments exprimés à travers des photos publiées dans un livre pouvaient contribuer à faire entendre la voix des élèves, ouvrir des portes et offrir des possibilités à d’autres élèves de partager leur voix. Puis je suis tombé sur cette citation sur Facebook : « La vie est comme un appareil photo. Concentrez-vous sur ce qui est important et vous le capturerez parfaitement. » À ce moment-là, j’ai su que c’était un projet auquel il fallait que je participe pour mon développement personnel et pour exprimer la voix d’autres personnes.      

Si vous me le permettez, j’aimerais partager quelques-unes de mes photos qui ont contribué au projet Photovoix.

J’ai intitulé cette photo « Lien avec la Terre, lien avec Mère Nature » parce que je voulais souligner aux éducateurs que les élèves autochtones ont un lien inné avec la terre et que les enseignements en lien avec la terre sont une façon simple de promouvoir la santé et le bienêtre et d’aider les élèves à ressentir un lien spirituel et émotionnel.

Lien avec la Terre, lien avec Mère Nature

Réflexions

J’ai intitulé cette photo « Réflexions » parce que je voulais montrer à quel point il est important dans nos vies trépidantes de prendre un moment pour s’arrêter, respirer et profiter de notre environnement. Les élèves sont tellement pris par leurs études, leur travail et les attentes à leur égard que beaucoup d’entre eux se sentent stressés et ont besoin de prendre des pauses au cours de leur journée pour conserver une bonne santé mentale. Comme le dit le proverbe, il faut prendre le temps de s’arrêter pour sentir les roses.

J’ai intitulé cette photo « Chemins brisés » parce que tout le monde n’a pas la chance d’avoir des chaussures à ses pieds et que n’importe qui peut se retrouver seul pieds nus sur un chemin brisé. Cette photo permet de souligner l’importance de ne pas porter de jugement ou faire des suppositions, de réaliser que chacun a sa propre histoire, suit son propre chemin et a besoin d’être soutenu pour écouter et prendre soin des autres.

photovoice3

Chemins brisés
Nature du feu chaude, chaleureuse et apaisante

J’ai intitulé cette photo « Nature du feu chaude, chaleureuse et apaisante » parce que, personnellement, j’ai toujours trouvé que le feu avait quelque chose d’envoûtant et d’apaisant. J’ai toujours associé le feu à un sentiment de liberté lorsque j’observais ses formes et ses mouvements.

S’il y a un an vous m’aviez demandé si je voulais aller dîner avec le conseil d’administration et partager mes sentiments personnels à travers la photographie devant tant de personnes, j’aurais répondu « aucune chance ». C’est tellement surréaliste de voir mes photos apparaître dans une vidéo professionnelle et d’être ici avec vous pour vous faire part de mes réflexions. Merci de me laisser partager avec vous mon histoire et ma voix à travers la photographie. J’ai hâte de participer au projet Photovoix de l’année prochaine. Merci.